Numérique et travail collaboratif

Au 1er septembre, les écoles secondaires et primaires seront tenues d’organiser  le travail collaboratif des enseignants. Voici le lien vers le vademecum de la FWB à ce sujet.

Le texte du décret ne fixe pas la forme et laisse la direction à la manoeuvre pour trouver la formule qui sied le mieux à l’équipe éducative.

Travailler ensemble sur une problématique scolaire peut se faire sous différentes formes.  La plus classique est celle qui réunit X enseignants dans le local Y à telle heure.  Mais comme chacun le pressent, le numérique permet de s’affranchir des contraintes liées au lieu et au temps. En d’autres termes, les outils numériques permettent de coopérer à distance de façon synchrone ou asynchrone. Les documents collaboratifs ont d’ailleurs l’avantage d’être réellement communs et partagés par une équipe. Plus besoin de révision avec des codes couleurs attribués à chaque participant puisque chacun peut -être identifié dans les historiques de versions ou bien chacun peut commenter, suggérer des modifications au texte de base. Vous trouvez ici un document de présentation de ces documents collaboratifs.

Les écoles s’équipent de plus en plus de plateformes numériques pour la gestion scolaire ou la gestion pédagogique, nous avons présenté dans DINTIC les différentes possibilités disponibles sur le marché belge. L’article se trouve ici.

Les deux solutions cloud intégrées, celle de Microsoft et celle de Google possèdent la fonction de travail collaboratif dans Teams (Microsoft)  et dans le drive partagé (Google). La solution Itslearning permet également de travailler en commun sur des documents puisqu’elle peut s’adosser aux deux solutions précédentes.

A l’heure du numérique, ce serait dommage de se passer de ces possibilités qui permettent de fluidifier le travail en commun.